Monique Durand | littérature

21 octobre 2018

Elle quadrille la Côte-Nord depuis des années pour l’écrire, sous toutes ses facettes et dans toute sa splendeur. Ses romans, ses nouvelles, ses récits sont empreints de poésie, d’images évocatrices et de personnages forts. Ils sont roulés dans une écriture somptueuse et un souffle puissant.

Monique Durand s’est mérité le Prix du CALQ – œuvre de l’année 2016, région Côte-Nord, pour son roman Le petit caillou de la mémoire, où il est question de Nord, d’amour, de chasse et de pêche. Elle vient de remporter une bourse du CALQ dans le cadre du programme de Partenariat territorial de la Côte-Nord, aux fins d’écrire le récit d’un périple au nord du Québec et au Labrador. Sa dernière publication, un livre de récits intitulé Saint-Laurent mon amour, s’est vendue à des milliers d’exemplaires au Québec et sera bientôt publiée en France.

L’auteure est aussi journaliste. Elle a fait paraître de nombreux articles sur la Côte-Nord dans Le Devoir. Elle a remporté le Prix Jules-Fournier du Conseil supérieur de la langue française en 2014, la plus haute distinction accordée dans le domaine de la presse écrite au Québec. Le jury a souligné que l’auteure « faisait entrer la littérature en journalisme. »

« L’organisme Culture Côte-Nord, au nom simplifié et si joli, m’a assistée de près pour la confection de mon projet d’écriture dans le cadre du Partenariat territorial de la Côte-Nord. J’ai hautement apprécié les conseils judicieux de Marie-France Lévesque. Toute l’équipe de Culture Côte-Nord rayonne de dynamisme. Merci à elle! » Monique Durand, écrivaine