Musée de la Petite Anglicane | muséologie

16 juillet 2018

Situé au 2, 2e Rue à Forestville, le Musée de la Petite Anglicane est installé dans ce qui a été « Trinity Church », une chapelle protestante, construite en 1948 sur le site de la chaufferie de la compagnie Anglo Canadian Pulp and Paper Mills Limited. En 1993, Forestville a acheté le bâtiment et l’a prêté à la société d’histoire. Un an plus tard, le musée ouvre enfin ses portes.

Informer, raconter, vulgariser et éveiller l’intérêt pour l’histoire… voilà la mission d’Éric Lévesque, guide muséal.

En vous arrêtant au Musée de la Petite Anglicane, ce féru d’histoire et de patrimoine vous proposera une visite personnalisée. Forestville est une ville jeune, mais au passé rempli d’histoire et Éric la connait sur le bout des doigts ! Il vous fera connaître également l’histoire surprenante de la construction des centrales hydroélectriques Bersimis 1 et 2, les premiers grands chantiers d’Hydro-Québec en région. Vous y découvrirez aussi la courte histoire du village de Labrieville, érigé à l’époque par la Société d’État, pour y héberger ses travailleurs. Église, école, centre commercial, etc. Tout s’y retrouvait. Aujourd’hui, plus aucune trace de ce village n’est apparente sur le site de sa construction.

En 2013,  grâce à Éric, le Musée de la Petite Anglicane s’est vu remettre le prix « coup de cœur » du jury des Grands prix du tourisme québécois. La passion et le dévouement d’Éric lui ont permis de se voir décerner le prix « ressource humaine » au niveau régional et une nomination au niveau national. Cette ressource inestimable et grand passionné d’histoire a, justement, des histoires à vous raconter !

Pour en connaître davantage sur le Musée de la Petite Anglicane, consultez le site Internet de la Ville de Forestville.

« Être membre de Culture Côte-Nord est assurément un plus certain pour le Musée de la Petite Anglicane. Cette organisation comprend bien nos réalités nord-côtières et elle est une ressource primordiale pour la culture dans la région. Son soutien est essentiel pour un petit musée comme le nôtre ». – Marc Pigeon, ville de Forestville